• patricia

le macérat huileux

Mis à jour : 1 sept. 2020

Le macérat est une de mes façons préférées d'utiliser les plantes car j'adore me masser et je sais à quel point ça fait du bien à ma peau. L'idée d'associer à l'huile, les plantes que j'aime et de bénéficier de leurs propriétés était une évidence.

J'ai commencé avec les plantes qui prennent soin de la peau comme le calendula et le millepertuis puis j'ai étendu mes expériences pour tester d'autres vertus.


Voici la recette de base du macérat huileux. Vous trouverez des variantes en termes de quantité, d'exposition, de temps de macération, de conservation...mais ici, vous aurez au moins de quoi vous lancer ! à vous de faire ensuite vos expériences.


macérat de coquelicot et escholtzia

Le macérat consiste à faire macérer des plantes dans de l'huile pendant plusieurs semaines. On extrait de cette façon, les propriétés liposolubles des plantes, c'est-à dire les propriétés solubles dans l'huile.

Toutes les plantes ne conviennent pas pour ce procédé.


Avec cette huile, on peut évidemment se masser et nourrir la peau. On peut aussi s'en servir pour fabriquer un baume ou une crème.


Le macérat n'aura pas les mêmes propriétés en fonction de la plante choisie et de l'huile choisie. C'est pourquoi, même si vous pouvez faire des expériences (et je vous y encourage), il est bien de réfléchir avant à ce qu'on veut faire et pourquoi !


Il peut y avoir des confusions à l'achat car certains macérats sont appelés "huile". L'huile, normalement est extraite des plantes (notamment des pépins et des noyaux) comme l'huile d'olive, l'huile de chanvre, l'huile de pépins de raisins, l'huile de noyau d'abricot...

Le macérat est une macération, il n'y a pas d'extraction. L'huile de calendula dont on entend souvent parler est un macérat !!


la recette


remplir un bocal de plantes.

Verser l'huile jusqu'à ce qu'elle recouvre les plantes.

Fermer le bocal.

Laisser 3-4 semaines minimum.

Vérifier que l'huile recouvre bien toutes les plantes, en ajouter au besoin.

Tourner et remuer doucement le bocal régulièrement pour que toutes les plantes soient bien imprégnées d'huile.

Filtrer au-dessus d'un saladier avec une passoire recouverte d'une mousseline, en versant doucement le contenu du bocal. Vous pourrez ensuite presser cette mousseline pour extraire complètement l'huile des plantes.

Verser dans un flacon, un bocal ou une bouteille et fermer.

étiqueter.




Selon les recettes et les pratiquants, des variantes nombreuses existent :


  • Il est mieux d'utiliser des plantes sèches car les plantes fraîches contiennent de l'eau qui risquent de provoquer une fermentation et de faire rancir l'huile. Mais il est possible d'utiliser les plantes fraîches.

  • Certains coupent les plantes en petits morceaux pour que les propriétés soient mieux extraites, d'autres les laissent entières pour garder l'énergie de la plante.

  • le bocal est soit placé en plein soleil (huile solarisée), soit protégé par du papier kraft, soit mis à l'ombre. Le soleil peut altérer l'huile, c'est la raison pour laquelle il est préférable d'installer le bocal à l'intérieur dans un endroit sombre. Mais de nombreuses préparations utilisent l'énergie du soleil pour transformer les propriétés des plantes. Dans ce cas, on peut ajouter quelques gouttes de vitamine E pour éviter l'altération et le rancissement ou bien choisir son huile !

  • Certains ajoutent systématiquement de la vitamine E ou une huile essentielle pour la conservation. En fait, là aussi, ça dépend de ce que vous voulez en faire. Quand c'est pour notre consommation personnelle, on utilise assez vite le produit, la conservation n'est donc pas trop un problème...Il faut éviter cependant de la conserver au soleil. Mettez votre préparation dans un contenant en verre teinté et dans un placard.

  • La plupart du temps, on fait un macérat avec une seule plante mais on peut aussi en combiner plusieurs avec les mêmes propriétés.

  • Il est aussi possible de faire une première macération avec une plante, de filtrer puis de faire une deuxième macération avec une autre plante dans la même huile pour profiter et combiner les propriétés des plantes.

  • Il est souvent conseillé d'ouvrir le bocal de temps en temps pour laisser l'humidité s'évaporer. Cette pratique est intéressante si vous utilisez des plantes fraîches comme le millepertuis ou le lierre.

  • Il est possible d'utiliser différentes huiles pour la macération en combinant une huile peu fragile comme l'huile d'olive avec une huile plus fragile mais plus ciblée selon l'objectif.



macération de pâquerettes

Quelles huiles choisir ?


Il y a 2 critères principaux pour le choix de l'huile


  • l'objectif de cette macération. Vous pouvez choisir une huile spécifique comme l'avocat, le jojoba ou le rosier pour hydrater et nourrir la peau si vous voulez un macérat anti-âge ou avec un effet tenseur, associé à la pâquerette ou au lierre. Ces huiles sont plus chères à l'achat mais si vous préparez une petite quantité juste pour vous, ce sont des mélanges intéressants.

  • sa stabilité. Les huiles végétales ont tendance à rancir et le risque est encore plus grand pendant la macération surtout si la plante n'est pas suffisamment sèche. Dans ce cas, toute votre préparation est à jeter !! C'est pourquoi, il est conseillé d'utiliser des huiles stables (voir schéma ). Les huiles les plus stables sont les huiles saturées comme l'huile de coco, le saindoux, le beurre de cacao mais elles sont difficiles à travailler en Europe puisqu'elles se figent et durcissent. C'est pourquoi l'huile la plus utilisée est l'huile d'olive très stable. Elle est, en plus, très bien acceptée par notre peau !! On peut lui reprocher son odeur et avoir envie d'une huile plus neutre comme le colza ou le tournesol mais ces dernières peuvent rancir plus facilement. Les huiles à l'odeur neutre peuvent être intéressantes cependant, si on a envie de "capter" le parfum des plantes comme la lavande, la rose ou la menthe car l'huile d'olive a tendance à recouvrir complètement l'odeur de la plante et j'ai eu quelques déceptions !!! Quand on découvre que son macérat de lavande sent...l'huile, snif !

Dans tous les cas, choisissez une huile de première pression à froid et bio, n'oubliez pas que l'objectif est d'utiliser ces préparations sur votre peau  !!En ayurveda, on conseille de ne pas appliquer sur sa peau ce qu'on ne voudrait pas ingérer...Il est bon de s'en souvenir.



la conservation


Une fois filtrés, les macérats se conservent dans un pot ou un flacon fermé, de préférence opaque, à l'abri de la lumière pour éviter son altération.

On peut y ajouter de la vitamine E (6 gouttes pour 100 ml) ou des huiles essentielles (même proportions). L'huile essentielle va jouer son rôle de conservateur mais permet aussi d'ajouter des propriétés aux macérats. Traditionnellement, on ajoute de l'huile essentielle de lavande ou de romarin. Vous pouvez varier en fonction de vos goûts et de vos objectifs. Pour prendre soin de la peau, on peut ajouter la lavande, le géranium rosat, le tea tree,...pour la digestion,le basilic, etc

Ces macérats se conservent de 6 mois à 2  ans, tout dépend de l'huile choisie et du mode de conservation.



Préparation des plantes


Il est mieux d'utiliser des plantes préalablement séchées pour éviter le développement de micro-organismes qui vont altérer le macérat.

On peut faire un séchage rapide, juste quelques jours pour certaines plantes, afin d'éviter qu'elles contiennent trop d'eau.


Il existe cependant des macérats qui se font traditionnellement avec la plante fraîche : millepertuis, lierre.

Vérifier auparavant quelle partie de la plante vous pouvez utiliser pour votre préparation : fleurs, feuilles, racines, plante entière.


Les racines doivent être nettoyées avant le séchage et elles sont découpées en petits morceaux pour la macération.



Il existe aussi un procédé de macérat à chaud, j'ai choisi de ne pas en parler ici puisqu'il est plus complexe à mettre en place et altère forcément le produit. J'ai appris que certains font leur macérat dans une yaourtière, pourquoi pas !! Personnellement,j'aime prendre mon temps et ne pas brusquer les plantes.


Dans tous les cas, il est mieux de s'abstenir si on n'est pas sûr de son produit, des plantes ou du résultat. Si vous avez le moindre doute, ne faites pas ou jetez votre mélange. De nombreux producteurs font des produits magnifiques, profitons-en !Ils savent gérer les différentes étapes.


#plantesmédicinales #macérat #huile #transformation #recettemacérat

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le contenu de ce site est purement éducatif, il ne se substitue pas à un avis médical et ne remplace pas un traitement médical. Consultez votre médecin avant d'utiliser les plantes et ne prenez aucune initiative sans son avis en cas de maladie et de traitement médicamenteux.

Assurez-vous de bien connaître les plantes avant de les toucher ou de les récolter.

N'oubliez pas que certaines plantes sont toxiques !!